Prévention chenilles processionnaires

La période de fin janvier à mars, est propice aux actions de prévention pour limiter les nuisances des chenilles processionnaires. C’est en effet à ce moment de l’année, après leur nidification, qu’elles commencent à descendre des arbres (plutôt les pins et les chênes).

Le risque, si on agit pas, est de les voir s’enterrer pour recommencer un cycle et ainsi se multiplier. Une vingtaine d’agents des services techniques est mobilisée pour poser des sacs récupérateurs sur les troncs (collets de capture avec des poches de rétention, une méthode douce zéro phytos) ou bien pour couper les branches porteuses de cocons, qui peuvent également être incinérées par des sociétés spécialisées.

Les chenilles processionnaires sont nuisibles à plus d’un titre : leurs poils sont très urticants et peuvent provoquer des réactions graves chez certaines personnes et chez les animaux. De plus, elles s’attaquent massivement aux arbres qu’elles peuvent faire mourir. Chacun peut également se montrer vigilant dans son propre jardin. On reconnaît facilement les nids à leur forme de « barbe à papa » blanche.