Les missions du Cérès

Différentes variétés de haricots

Initialement Centre d’Étude et de Recherche sur L’Environnement de Savigny-le-Temple, le Cérès a pour vocation d’être le centre de ressources génétiques de l’Île-de-France, c’est-à-dire préserver et valoriser la biodiversité des plantes créées dans la région.

En faveur de la biodiversité cultivée de la région

Ce programme soutenu par la Région Île-de-France et de nombreux partenaires publics et privés.

Le réseau de partenaire, en constante augmentation facilite l’étude de cette biodiversité depuis le recensement jusqu’à la valorisation. Entre ces deux étapes, plusieurs actions sont indispensables : la conservation et l’identification. Il faut en effet conserver les graines et les plantes recensées, puis les identifier ou les faire identifier. Cela passe par la caractérisation et l’évaluation des variétés.

Le Cérès permet cette mutualisation des moyens au niveau national pour retrouver les variétés à présent disséminées à travers le pays ou à l’étranger, grâce aux facilités permises par ses réseaux de partenaires. Ainsi, par exemple, la tomate « rouge grosse lisse Trophy », citée par Vilmorin-Andrieux, en 1925, a été retrouvée auprès d’un collectionneur allemand et de quatre entreprises de semences australiennes ! Encore faut-il les comparer à la description initiale et s’assurer qu’elles lui correspondent. C’est tout l’intérêt de les conserver et de les présenter dans un lieu public.

Un premier recensement en 2012 a fait état de 4000 noms de variétés ayant un rapport avec l’histoire horticole de la région, hormis les variétés de plantes ornementales, dont l’histoire en Île-de-France est, elle aussi, phénoménale, mais trop peu étudiée et mise en valeur aujourd’hui.

Un support pour l’agriculture urbaine en Île-de-France

L’histoire des plantes cultivées de l’Île-de-France est étroitement liée aux méthodes, aux outils et au savoir-faire qui ont permis leur sélection et leur développement. Elles avaient presque disparu des étals des marchés jusqu’à ce que les citoyens recherchent à nouveau le goût et le rapport avec leur territoire.

Les variétés anciennes étaient adaptées à des méthodes de cultures qui reviennent au goût du jour à la faveur du développement de l’agriculture urbaine à travers la région.

Ainsi, ces variétés s’adaptent à tous les nouveaux concepts, issus en réalité des pratiques de jardinages élaborées par les maraîchers, pépiniéristes et horticulteurs de la région pour approvisionner le marché parisien autrefois. Permaculture, ou méthode traditionnelle, pêches de Montreuil « à la Montreuil », maraîchage par traction asine par « l’Ânerie Bacotte », sont notamment présentées au domaine.

Goûtons notre patrimoine cultivé

Le Cérès a aussi tissé des liens étroits avec le maraîcher voisin et le prestataire de service des cantines scolaires pour servir des variétés anciennes de légumes, notamment des tomates, aux cantines des centres de loisir en été.

D'autres partenariats existent avec le lycée Agricole Bougainville de Brie-Comte-Robert ou avec le lycée hôtelier Antonin Carême de Savigny-le-Temple dont les élèves travaillent les fruits et légumes du jardin à l'occasion de l'événement Goûtons notre Patrimoine lors des journées européennes du Patrimoine.

Repères: 

Au service du jardinage de proximité

Le Cérès appuie aussi les initiatives des Savigniens et d’habitants d’autres communes de proximité : jardins partagés, « incroyables comestibles », amap, vergers urbains, apiculture, sont des actions qu’il encourage et accompagne. Il est également consulté pour la préservation de vergers ou de potagers dans la région. Il est ouvert à toutes les personnes qui veulent partager cette démarche.

 

Contact : 

Yannis Auguste
Chargé de la biodiversité cultivée
01 64 19 57 37

y.auguste@savigny-le-temple.fr